Un concept humaniste : Chaque personne est unique !

"Les seules connaissances qui puissent influencer le comportement d'un individu sont celles qu'il découvre par lui-même et qu'il s'approprie."

Carl R. Rogers

L'approche centrée sur la personne (ACP) est une méthode de psychothérapie et de relation d'aide (counselling) créée par le psychologue américain Carl R. Rogers (1902-1987). Elle se veut centrée sur la personne comme son nom l'indique, et non sur un problème, une maladie ou un symptôme particulier.

 

Au-delà du domaine de la psychothérapie, elle trouve de nombreuses autres applications, notamment dans les secteurs de l'éducation, de l'enseignement, de la médiation, de la santé ou de l'accompagnement social. Lorsqu'il s'agit d'une relation d'aide psychologique ou de psychothérapie, on parle alors de Psychothérapie centrée sur le client. Ce qui compte dans cette thérapie, ce n'est pas l'absence de directives, mais bien la présence chez le thérapeute de certaines attitudes vis-à-vis de son client et d'une certaine conception des relations humaines.

 

Le thérapeute s'efforce d'instaurer un climat sécurisant, de faciliter l'expression de son client, de lui apprendre à se fier à ce qu'il ressent pour développer son autonomie et améliorer ses relations avec autrui. Le thérapeute ne peut se substituer à son client, c'est pourquoi il n'impose rien, ne conseille et n'interprète pas, mais accompagne la personne dans son travail d'évolution et de changement. Autrement dit, l'essence de cette approche ne consiste pas tant en une façon d'agir qu'en une manière d'être (Kinget et Rogers 1969, p. 14).

Les trois attitudes du thérapeute centré sur la personne

Le rôle de l'accompagnant rogérien est donc de créer une circonstance favorable afin que la tendance actualisante reprenne son cours. Comme si, après avoir laissé quelque temps une graine de haricot enfermée dans son sac, on la mettait soudain sur du coton humide, à la lumière et que l'on prenne soin d'elle. Au bout de quelques jours, cette graine commencera à germer. Il se déroule un processus similaire avec les clients.

Ce climat particulier, caractéristique essentielle de l'Approche centrée sur la personne, repose sur trois attitudes fondamentales que le thérapeute rogérien tente de mettre en œuvre : 

 

L’empathie

 

C’est la capacité de comprendre le monde intérieur de l’autre. Tout en restant lui-même, le thérapeute cherche à se mettre à la place du client, à entrer dans son univers et ses sentiments, en s’efforçant de les voir sous le même angle que lui. Aussi, lorsque celui-ci souffre, la compassion qu’il peut lire chez le thérapeute lui donne à la fois le sentiment d’être compris et la sensation que sa douleur est partagée, donc allégée.

 

La congruence

 

C’est la capacité du thérapeute à prendre conscience du flux des sentiments et des émotions qui le traversent. Elle est presque synonyme de transparence ou d’authenticité en ce sens que le thérapeute ne se présente pas comme un expert mais comme une personne réelle qui ne se cache pas derrière une façade de professionnel.

 

La considération positive inconditionnelle

(ou regard positif inconditionnel)

 

C’est la capacité de considérer l’autre (le client) de manière positive, c’est-à-dire sans jugement ni évaluation. L’acceptation du thérapeute n’est pas conditionnée par telle ou telle conduite du client, par ce qu'il dit ou vit.

D’après Carl Rogers, la majorité des problèmes psychologiques provient du fait qu’il est rare d’avoir reçu une telle acceptation de la part de ses parents dans la petite enfance. Raison pour laquelle nombreux sont ceux qui grandissent en cherchant avant tout à plaire aux autres, en sacrifiant leur personnalité et leurs propres désirs. Il est donc essentiel que le client se sente respecté sans jamais avoir l’impression d’être jugé ou évalué selon une théorie quelconque. La confiance, source de liberté d’expression et de relation dynamique, est en effet l’élément moteur de la thérapie.

Les 6 conditions du changement

 

 

Pour décrire les processus en jeu dans la relation d'aide, le souci de Rogers a toujours été de simplifier les concepts et d'aller à l'essentiel. Ce sont des conditions nécessaires pour que se déclenche un processus de changement chez la personne :

  • Deux personnes doivent être en relation (psychological contact).
  • L’une de ces deux personnes, le client en l’occurrence, doit être dans un état de non congruence, d’anxiété ou de vulnérabilité.
  • L’autre intervenant, le thérapeute, doit être congruent durant le temps de ce contact interpersonnel.
  • Le thérapeute doit éprouver un regard positif inconditionnel vis-à-vis de son client.
  • Il doit expérimenter une compréhension empathique du monde intérieur du client et de son cadre de référence, et il doit s’efforcer de communiquer cette compréhension au client.
  • Il est enfin nécessaire que le client perçoive, même de manière infime, l’empathie et le regard positif du thérapeute.

Le processus de changement

 

 

Que se passe-t-il pour le client lorsque le thérapeute arrive à créer ce climat particulier empreint d'empathie, de respect, de chaleur humaine, d'acceptation, de non jugement et de considération positive ?

 

 

Au sein de cette relation rassurante, et en l'absence de toute menace contre son moi, le client peut progressivement explorer son expérience exactement comme elle se présente, sans la déformation due aux filtres défensifs. L'image qu'il a de lui-même commence à se modifier peu à peu. À travers le processus de la psychothérapie, la personne acquiert une plus grande conscience d'elle-même et augmente donc sa liberté de choix car elle est de plus en plus consciente de ses émotions et sentiments, de ses pensées, de ses besoins et de ses réactions physiologiques (douleur d'estomac, gorge nouée, tremblement des jambes, etc.).

 

Il ne s'agit donc pas de supprimer un symptôme, mais de relancer le processus de développement de l'individu. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Rogers préfère le terme de client à celui de patient, voulant aussi montrer que la relation psychothérapeutique n'est pas une relation médecin-patient mais une relation de personne à personne.

 

L'objectif de la thérapie est donc de permettre au client de prendre conscience de ses conditionnements et de s'en désaliéner. 

TERRA HAPPY

Marie-Claudine PENON

 

Le Mans

 

m-claudine.penon@terrahappy.fr
Téléphone :  06 37 21 60 60 06 37 21 60 60

Psychopraticienne

Sur rendez-vous

Retrouvez-moi sur Facebook !